LIBAN – Le communautarisme, un virus prolifique

Author : Mircea Birca | Tuesday, January 29, 2019
Posted in category Eurasia, Middle Orient
Comments Off on LIBAN – Le communautarisme, un virus prolifique

La mondialisation, le retour du religieux et l’accroissement des flux migratoires ont favorisé les crispations identitaires, le populisme et le virus du communautarisme.

Institutionnalisant ou faisant prévaloir les spécificités et les revendications des communautés  ethnolinguistiques ou religieuses, cette idéologie conduit-elle systématiquement à l’éclatement de la société et de l’État en plusieurs groupes d’appartenances antagonistes, au détriment de l’intérêt national ? Constitue-t-elle un danger ou bien s’agit-il d’un système de gestion approprié de la diversité socioculturelle ?

Les réponses à ces questions dépendent bien sûr du contexte historique, de l’homogénéité de la population et de la philosophie politique de chacun des pays concernés…

*        *        *

Le laïcisme français et le confessionnalisme politique libanais constituent à cet égard deux « idéaux types » opposés.

Tandis que le multiculturalisme représente une voie moyenne.

C’est le cas, par exemple, du Canada : dans cet État fédéral, constitué à l’origine de deux communautés distinctes, la société canadienne considère le pluralisme culturel comme une richesse et reconnaît le droit à  la différence des  populations issues de l’immigration.

C’est aussi le cas du modèle britannique, qui ne cherche pas à assimiler les immigrés. Il existe ainsi à Londres des quartiers entiers où le séparatisme identitaire est visible ; et il ne viendrait jamais à l’idée des autorités d’interdire, comme en France, le port du voile intégral dans l’espace public.

Diamétralement opposé à cette politique tolérante, Vladimir Poutine a récemment déclaré à la Douma (le parlement de la Fédération de Russie) : « Si des minorités, quelles que soient leur nature ou leur origine, veulent vivre en Russie, elles doivent parler le russe et respecter les lois russes. Si elles préfèrent la loi de la charia et vivre en tant que musulmans, nous leur conseillons d’aller là où la charia est la loi de l’État. Nous ne leurs accorderons pas de privilèges spéciaux, et ne changerons pas nos lois pour satisfaire leurs désirs, quelle que soit la véhémence de leurs   protestations contre une prétendue discrimination. Le suicide de l’Angleterre de la Hollande ou de la France doit nous servir de leçon si nous devons survivre comme nation. »

Une telle déclaration serait impensable au Liban, où il n’existe pas de « Libanais de souche », tandis que d’autres ne le seraient pas. Pour le meilleur ou le pire, le pays est, de facto, une fédération de communautés à base non-territoriale.

S’il constitue  un des rares exemples de vivre ensemble entre musulmans et chrétiens d’une part, sunnites et chiites d’autre part, le confessionnalisme libanais, héritier du système des millets ottomans, pervertit autant la sphère politique que socioculturelle, empêchant l’émergence d’une véritable citoyenneté. Instauré « à titre provisoire » par la constitution de 1926, il a été malheureusement renforcé par la suite ; et le spectre de l’islamisme radical ainsi que le déclin démographique des chrétiens font qu’il est sans doute trop tard pour inverser cette dérive.

Cela dit, la sécularisation formelle des institutions n’a pas empêché l’accaparement du pouvoir par un clan alaouite en Syrie. Si le modèle politique « consociatif » du Liban souffre de nombreuses tares (dont celles de favoriser la mauvaise gouvernance et la paralysie), il  a du moins contribué à lui éviter  de subir le sort tragique de la Syrie.  Et un système similaire de  partage communautaire du pouvoir a été considéré comme le meilleur moyen de mettre fin au conflit en Irak.

Erigée en quasi-religion par la Révolution française (et longtemps teintée d’anticléricalisme) la laïcité a été codifiée, en France, par la loi de 1905 de séparation de l’Église et de l’État. Alors que la république ne reconnaît que les individus, elle se heurte de plus en plus à des revendications identitaires, de la part de groupes islamistes gagnés par la propagande salafiste, contraignant certains édiles à la « soumission ». Il existe à l’inverse un « intégrisme laïc », qui  va jusqu’à exiger le bannissement des signes religieux chrétiens dans l’espace public. Et des voix dénoncent, à l’instar de l’humoriste français Éric Zeimour, « le Suicide français ».

Alors que le modèle français a réussi à assimiler les vagues successives d’immigrés d’origine européenne partageant les mêmes valeurs, il peine à le faire avec les musulmans. Bien qu’une  majorité d’entre eux se soit intégrée, une partie,  surtout la jeunesse défavorisée des banlieues, ne l’est pas, ou plutôt refuse de l’être. Dans plusieurs départements, certaines communes ont ainsi été qualifiées de « territoires perdus de la république ». Régulièrement, des  bandes de casseurs expriment leurs frustrations et leur rancœur envers l’ancienne puissance coloniale en saccageant des commerces et en brûlant des automobiles. Et plusieurs attentats terroristes ont été  perpétrés par des Français d’origine maghrébine ou africaine.

Ce  défi sociétal (doublé d’une  menace sécuritaire) a conduit l’État, depuis la présidence de Nicolas Sarkozy, à tenter de promouvoir « un islam de France » ; alors qu’il n’y a  en principe qu’un islam ou des musulmans « en » France. Il est même question à cet effet d’amender  la loi de 1905.  Mais l’État laïc doit-il se mêler de religion ? Ne revient-il pas aux musulmans eux-mêmes  de lutter  contre l’islamisme radical et de prôner un islam libéral ?

En réalité le communautarisme à l’anglo-saxonne et la laïcité à la française rencontrent  autant de difficultés à gérer le problème posé par la croissance des populations musulmanes d’Europe.

Ce problème a été aggravé pas l’afflux massif récent de migrants noirs et musulmans en provenance du Moyen-Orient, du Maghreb et d’Afrique subsaharienne. L’incapacité des pays de l’Union européenne à y faire face a mis en relief leurs divisions. Elle  explique, entres autres, la popularité d’un Matteo Salvini en Italie ou d’un Victor Orban en Hongrie. Tandis qu’à l’inverse, Angela Merkel paie le prix de son accueil inconsidéré de plus d’un million de migrants en Allemagne, qui traduit sa méconnaissance totale des réalités.

Il n’est donc pas étonnant que l’on assiste à une montée des mouvements d’extrême-droite qui allient ultranationalisme, islamophobie et méfiance envers Bruxelles.

*        *        *

Percevant l’islam comme une menace pour la civilisation européenne, l’extrême-droite se propose de lutter contre « l’islamisation » rampante. C’est le cas du Front National, en France, rebaptisé « Rassemblement national ». Ou de l’Allemagne, qui a été le théâtre de manifestations antimusulmanes de la part de groupuscules racistes, tel le PEGIDA (Les Européens Patriotes contre l’Islamisation de l’Occident), qui sont dénoncés par la majorité de l’opinion.

L’intégration des populations musulmanes présentes en Europe et le contrôle des flux migratoires que devrait entraîner l’explosion démographique en Afrique apparaissent donc comme les principaux défis que l’Union européenne devra affronter, au risque de voir se former sur son sol des groupes de populations de plus en plus revendicatrices d’une identité communautariste.

Both comments and pings are currently closed.