Bitcoin, le veau d’or 2.0

Le bitcoin, dont l’émission relève d’un algorithme, reste trop volatil et pas assez répandu pour remplir les fonctions classiques d’une monnaie. Pourtant, son cours s’envole. Cet engouement soutenu par une conjoncture angoissante – le Covid – s’explique : pour les spéculateurs amateurs, cette cryptomonnaie représente la perspective de gains rapides et importants.

Mercredi 17 mars, alors que le landerneau médiatique se remettait à peine du naufrage de la 46e cérémonie des César 2021 et que le Premier ministre n’avait pas encore annoncé le ter repetita de la gestion à la petite semaine de la crise sanitaire, il se jouait en salle des ventes un non moins troublant spectacle. Pour la première fois, lors d’une vente judiciaire de biens saisis par l’Agrasc(1), des lots de bitcoins issus d’activités illicites – il s’agissait en l’espèce d’opérations de piratage d’une plate-forme d’échange de cryptomonnaies – ont été adjugés à des acheteurs privés.
Les passions spéculatives

Lors de son introduction, en janvier 2009, la valeur d’un bitcoin était négligeable, de l’ordre de quelques centimes. Elle atteignait la parité avec l’euro seulement deux ans plus tard et, alors qu’elle tutoie aujourd’hui les 50 000 euros, d’aucuns affirment que son potentiel de hausse reste conséquent. Le premier lot mis en vente, d’un montant de 0,11 bitcoin, a pourtant été acquis à hauteur de 26 800 euros, soit près de 278 425 euros l’unité une fois les frais pris en compte ! Fait rare : la commissaire-priseur chargée de l’adjudication a pris la précaution d’interrompre l’enchère pour la recommencer, pensant qu’il y avait une méprise quant à la quantité de bitcoins proposée à la vente. Précaution inutile puisque au nouveau tour d’enchères, une offre correspondant à près de six fois la valeur d’échange du bitcoin a bel et bien été entérinée. Si les lots suivants sont loin d’avoir atteint ces sommets – ce qui tendrait à signifier que la motivation du premier acquéreur devait avoir trait à d’autres facteurs d’ordre symbolique(2) ou communicationnel –, ils se sont tout de même vendus sans décote, voire au-dessus du prix de marché, ce qui constitue en soi une anomalie économique.
L’or intangible

Il faut imaginer le bitcoin comme une monnaie dont l’émission n’est pas souverainement décidée par une banque centrale, mais relève du fonctionnement d’un algorithme à la marche systématique, transparente et immuable, initiée lors de la création de la cryptodevise au lendemain de la crise des subprimes de 2008.

Check Also

What’s In The German Ballot Box For European Integration? Continuity And Change – Analysis

The analyses in this paper show that the next German government will also be a …