Un nouveau tournant pour l’Europe aussi

« Si le monde a changé, notre politique doit, elle aussi, changer. » C’est en ces termes que la ministre allemande des Affaires étrangères a justifié, dimanche, devant les députés réunis en session extraordinaire, la révolution copernicienne entamée par la République fédérale en révisant ses positions sur les sanctions contre la Russie, sur les livraisons d’armes à l’Ukraine et sur son budget de défense.

Enfin, diront certains. De la même manière que Vladimir Poutine s’est lancé dans une guerre à cause d’une vision du monde datée, l’Europe était dans l’impasse en raison d’un logiciel intellectuel allemand dépassé. Arriver à ce volte-face outre-Rhin fut long et laborieux – sans doute parce que l’Allemagne s’astreint à ne jamais oublier qu’un battement d’ailes dans le pays peut provoquer une tornade dévastatrice pour tout le continent. Mais au nom de cette retenue disciplinée, héritage de l’après-guerre, la première économie d’Europe a failli passer à côté de ses responsabilités, a rappelé Annalena Baerbock au Bundestag.

En faisant sauter un tabou, Berlin permet désormais à l’Europe de changer. Depuis une semaine, renforcer l’autonomie militaire et stratégique de l’Union européenne – si souvent défendue par Emmanuel Macron – semblait justifié ; depuis deux jours, cela semble être enfin possible. Ce sera un pilier sur lequel une « Europe puissance » devra s’appuyer. Un autre sera son autonomie énergétique.

Comme toujours en Europe, cela ne se fera pas sans hésitations et soubresauts : quel sera le projet de défense européen au-delà des centaines de millions d’euros promis à l’armée ukrainienne annoncés par Bruxelles dimanche soir ? Quant à l’engagement de l’Allemagne de consacrer 2% de son PIB à la défense chaque année, il promet de relancer de vifs débats chez ses voisins. Fort bien, car il est temps aussi pour l’Europe de changer.

Check Also

On Migrants, Slovakia Is Stuck Between a Rock (Czechia) and a Hard Place (Hungary)

Thousands of migrants are trapped in Slovakia as the Czechs prevent them from crossing into …