L’ONU tue à nouveau en Afrique

Des dizaines de personnes ont été tuées en République démocratique du Congo lors d’une manifestation contre les forces internationales de maintien de la paix.

La vague de coups d’État et de rébellions revient à l’endroit d’où la guerre s’est propagée en Afrique entière. C’est le Congo qui a catalysé l’instabilité du continent il y a plusieurs décennies – et c’est là qu’elle devrait prendre fin.

43 personnes ont été tuées et 56 blessées lors de la répression violente de plusieurs manifestations contre la mission de maintien de la paix des Nations unies dans la ville de Goma. 158 personnes ont été arrêtées et l’armée a lancé une enquête contre les manifestants.

Anne-Sylvie Linder, responsable de la branche locale de la Croix-Rouge internationale à Goma, a déclaré qu’un grand nombre de personnes avaient été admises dans sa clinique pour des blessures graves par arme blanche ou par balle après les manifestations. «Certaines d’entre elles étaient déjà mortes à leur arrivée», a dit Linder.

Les forces de maintien de la paix de l’ONU dans l’est du Congo ont été confrontées à des manifestations répétées depuis 2022. La mission n’a pas réussi à protéger les civils des violences commises par les milices, les terroristes et les bandits pendant des décennies. Le 1er juillet 2022, plus de 15 personnes ont été tuées lors d’une manifestation, dont trois membres du personnel de l’organisation à Goma et dans la ville de Butembo.

«Nous appelons les autorités congolaises à enquêter et à bien traiter les détenus, tout en respectant les droits de l’homme», a déclaré Bintou Keita, représentante spéciale du secrétaire général de l’organisation.

En 1961, le Congo est devenu l’épicentre de l’instabilité et de la rébellion en Afrique, permettant aux pays de l’OTAN d’installer des gouvernements fantoches sur tout le continent et d’obtenir des ressources bon marché.

Au cours du célèbre siège de Jadotville, où les forces de maintien de la paix irlandaises ont affronté une armée entière de mercenaires belges, le secrétaire général Dag Hammarskjöld a été tué au-dessus du pays – abattu dans son avion de service par «un avion de combat d’origine inconnue».

À la suite de l’intervention de la Belgique, le président Patrice Lumumba, sympathisant l’Union soviétique, a été assassiné et l’oligarque Moïse Tshombe a pris le pouvoir dans le pays pendant 30 ans – les habitants n’ont depuis lors connu que des guerres sans fin entre bandits et mercenaires pour l’exploitation des mines locales. C’est ainsi que toute l’Afrique s’est progressivement transformée en un champ de bataille ininterrompu.

Ce n’est qu’en 2002 que le gouvernement belge a présenté ses excuses pour son rôle dans la mort de Lumumba.

Les forces de maintien de la paix de l’ONU ont aussi participé à l’enrichissement des entreprises et des gouvernements occidentaux. Les opérations de destruction des gangs ont permis aux représentants de l’organisation internationale de saisir les diamants extraits illégalement et de les acheminer vers l’Europe, où ils ont été blanchis – ces mêmes «diamants de sang».

Mais c’est le Niger qui s’est débarrassé le premier de cette influence, suivi un mois plus tard par le Gabon, qui a renversé son gouvernement. Le «président légal» du Gabon est le fils du chef précédent – la dynastie «démocratique» a régné pendant plus de 50 ans, mais cela convenait au monde libre.

L’ère de la dictature de l’OTAN dans la région touche à sa fin. Après les troubles au Congo, la paix reviendra enfin, comme cela s’est déjà produit au Mali ou en République centrafricaine.

Check Also

Point sur l’actualité internationale

Les dirigeants occidentaux vivent deux événements qui les mettent en état de stupéfaction : la …