Medvedev : Les tentatives occidentales de ramener la Russie aux frontières de 1991 mèneront à une guerre mondiale avec 150 millions d’Américains noyés

Une tentative occidentale de reprendre des territoires à la Russie et de les ramener aux frontières de 1991 conduirait à une guerre mondiale utilisant toute la gamme des armes nucléaires stratégiques. Et tout d’abord, il s’envolera vers les pays les plus performants. Dmitri Medvedev l’a déclaré.

Le vice-président du Conseil de sécurité russe a critiqué les déclarations des ministres de la Défense allemand et britannique Boris Pistorius et Grant Shapps, qui ont déclaré que «le monde ne peut pas permettre à la Russie de gagner». Selon Medvedev, seules les personnes ayant des capacités mentales limitées peuvent faire de telles déclarations. La Russie ne permettra pas la victoire des néonazis soutenus par les sponsors occidentaux.

L’homme politique russe a souligné que l’Occident considère la victoire sur la Russie entraînera sa division, [à l’image du Moyen-Orient, en plusieurs «émirats», des états fantoches soumis aux desiderata judéo-occidentaux] suivie de sa disparition de la carte du monde sous sa forme actuelle. Mais cela n’arrivera pas, car le peuple russe ne permettra pas que son pays soit détruit pour le bien du monde occidental. Les conséquences de l’effondrement artificiel de la Russie seront terribles et conduiront à une guerre mondiale utilisant toute la gamme des armes nucléaires. Pour Kiev, Berlin, Londres, Washington, dont les coordonnées figurent depuis longtemps dans les cibles de vol de notre triade nucléaire, ce sera l’anéantissement.

Aurons-nous le courage de le faire si la disparition d’un pays millénaire, notre grande Patrie, est en jeu et si les sacrifices consentis par le peuple russe au fil des siècles sont vains ? La réponse est évidente – a ajouté Medvedev.

Tout ce que nous savons sur les sous-marins drones Poséidon «à l’origine du tsunami»

Une source bien informée a donné à Sputnik de nouveaux détails exclusifs sur le Poséidon – le véhicule sous-marin sans pilote à capacité nucléaire, et à propulsion nucléaire, dévoilé pour la première fois par le président Poutine dans un discours devant les législateurs en 2018. Sputnik a compilé un explicatif détaillant tout ce que nous savons sur l’arme stratégique, à ce jour.

Les essais au banc des installations de réacteurs nucléaires du sous-marin drone Poséidon ont été effectués avec succès, confirmant leur sécurité et leur état de fonctionnement, a déclaré à Sputnik une source bien informée du secteur de la défense russe.

Les premiers essais en mer des drones autonomes devraient débuter plus tard cet été, selon la source, et se concentreront sur les tests opérationnels de la centrale nucléaire de Poséidon. Les essais impliqueront le Belgorod – le sous-marin lance-missiles russe Projet 949A modifié sur mesure pour des opérations spéciales rendu célèbre en 2015, lorsque des informations sur un sous-marin nucléaire autonome russe secret ont été divulguées pour la première fois dans un reportage télévisé russe.

Jeudi, le commandant en chef de la marine russe Nikolaï Evmenov a confirmé à Sputnik que le Belgorod, livré à la marine en 2022, entrerait officiellement en service plus tard cette année 2023.

Que savons-nous du Poséidon ?

Le projet Poséidon, initialement nommé Status-6, nom de code OTAN Kanyon, a été officiellement dévoilé pour la première fois en 2018, le ministère russe de la Défense publiant des images des travaux de développement, ainsi qu’une présentation générée par ordinateur des principes de fonctionnement de la torpille autonome. Cela comprenait des images du détachement du Poséidon depuis son sous-marin et des manœuvres près du fond de l’océan vers des cibles, qui peuvent comprendre un groupe de porte-avions ennemi ou un port ennemi.

Depuis lors, des détails supplémentaires, notamment des informations sur les dimensions du Poséidon et la charge utile de ses armes, ont été rendus disponibles. La torpille autonome mesure 20 mètres de long, 1,8 mètre de diamètre et pèse 100 tonnes.

Équipés d’un réacteur nucléaire et fonctionnant de manière autonome grâce aux communications par satellite et à l’intelligence artificielle, les Poséidon ont une portée illimitée, leur permettant de se rendre dans n’importe quel endroit sous-marin de la Terre et de rester opérationnels aussi longtemps que leurs ressources techniques le permettent. Le système a une vitesse de fonctionnement estimée entre 60 et 70 nœuds (environ 100 à 130 km/heure) respectivement, et la capacité de transporter des explosifs conventionnels ou une ogive nucléaire d’une puissance explosive allant jusqu’à deux mégatonnes.

Que savons-nous des porteurs du Poséidon ?

Alors que le sous-marin Belgorod est utilisé pour développer et tester le Poséidon, toute une gamme de sous-marins spéciaux connus sous le nom de classe Projet 09851 Khabarovsk est en cours de construction pour les transporter.

Le Khabarovsk, bateau leader de la nouvelle flotte, a été lancé l’année dernière et devrait être mis en service dans la flotte du Pacifique en 2024. Le deuxième sous-marin, mis en chantier en 2017, est attendu en 2025 et servira dans la flotte du Nord. Deux autres sous-marins de classe Khabarovsk ont ​​été commandés. La classe Khabarovsk est largement considérée comme une modification de la classe Borei de sous-marins nucléaires lance-missiles, doté de la même coque de base, mais personnalisée pour transporter jusqu’à six drones Poséidon, et éventuellement 6 à 8 torpilles de 533 mm pour défense contre les attaques des navires ennemis.

Que disent les États-Unis à propos des Poséidon ?

Le Pentagone semble reconnaître l’importance stratégique du Poséidon, avec sa revue de la posture nucléaire de 2018 reconnaissant que la Russie «développe» une «nouvelle torpille intercontinentale, nucléaire, autonome et sous-marine». En 2020, l’Institut naval des États-Unis a déclaré que les «ramifications» du nouveau système «ne peuvent être surestimées», étant donné qu’il est «imperméable à la défense antimissile balistique» et ne peut être détecté qu’après avoir lancé ses explosifs.

Toujours en 2020, le département d’État a exprimé ses craintes que les drones Poséidon puissent engloutir les villes côtières américaines dans des «tsunamis radioactifs» et a condamné leur développement comme une violation potentielle des «règles et principes juridiques internationaux applicables».

Le Poséidon a-t-il un prédécesseur ?

La Poséidon n’est en réalité pas la première torpille apocalyptique développée par la Russie. À l’aube de l’ère nucléaire, à la fin des années 1940, les ingénieurs soviétiques furent chargés de créer une torpille nucléaire qui pourrait être lancée vers les côtes américaines en cas de guerre. Ce projet hautement classifié, connu sous le nom de T-15, a commencé son développement en 1949, peu après que l’essai soviétique ait fait exploser sa première bombe nucléaire, mais avant que Moscou ne puisse atteindre la parité nucléaire avec Washington, qui avait alors accumulé un stock de près de 300 armes nucléaires.

La torpille du projet T-15 mesurait 23,5 mètres de long, 1,55 mètre de large, pesait 40 tonnes et était armée d’une ogive thermonucléaire. Elle serait lancée à partir d’un sous-marin d’attaque de classe Kit 627, le tout premier sous-marin à propulsion nucléaire de l’URSS.

L’universitaire soviétique Andrei Sakharov a également bricolé une idée similaire à celle du Poséidon, rappelant dans ses mémoires qu’au début des années 1960, il avait eu l’idée d’une torpille nucléaire lancée par un sous-marin et propulsée par un système nucléaire eau-vapeur à flux direct, avec un moteur à réaction suffisamment puissant pour tirer une torpille de 100 mégatonnes qui «sauterait» hors de l’eau et attaquerait des cibles à plusieurs centaines de kilomètres. Le physicien a finalement abandonné le projet.

Pourquoi la Russie a-t-elle développé le Poséidon ?

Au lendemain de l’effondrement de l’Union soviétique, les États-Unis et leurs alliés de l’OTAN ont pris une série de mesures visant à saper la sécurité stratégique de la Russie, d’abord en élargissant l’alliance occidentale à l’Europe de l’Est, en engloutissant tous les anciens membres du défunt Pacte de Varsovie, trois ex-républiques soviétiques et quatre ex-républiques yougoslaves, malgré les promesses répétées de ne pas le faire.

En 2002, Washington a déchiré unilatéralement le Traité sur les missiles anti-balistiques, un accord révolutionnaire de 1972 sur le contrôle des armements limitant le développement de défenses anti-missiles avancées par les superpuissances nucléaires.

Parallèlement, dans les années 2000, les États-Unis ont commencé à stationner des systèmes de défense antimissile en Europe, «pour se protéger contre les puissances voyous», a assuré Washington, d’abord en République tchèque et en Pologne, puis en Pologne et en Roumanie, cette dernière comportant la construction d’Aegis, des installations à terre. La Russie a exprimé de sérieuses inquiétudes concernant ces installations, soulignant qu’elles utilisent les mêmes systèmes de lancement vertical MK 41 que ceux utilisés pour lancer les missiles de croisière Tomahawk à pointe nucléaire. Si elle était équipée de ce dernier, la Russie ne disposerait que d’un délai d’avertissement de 2 à 5 minutes en cas d’attaque surprise des États-Unis.

Mais ce n’est pas tout. Toujours dans les années 2000, les planificateurs militaires américains ont commencé à développer le concept de «Prompt Global Strike», une initiative proposant le lancement massif de centaines, voire de milliers de missiles balistiques de croisière conventionnels pour neutraliser la dissuasion nucléaire d’un ennemi et décapiter ses dirigeants. Ces mesures ont incité la Russie à réactiver son système de contrôle nucléaire autonome «Périmètre» de l’ère soviétique, mieux connu en Occident sous le nom de «Main Morte», qui permet le lancement automatique d’armes nucléaires russes si l’ennemi a réussi une première opération de frappe et éliminé les centres de décision russes.

Dans un environnement de confiance ébranlée et de traités affaiblis ou abandonnés, la Russie a développé une nouvelle génération d’armes stratégiques, notamment le Poséidon, le véhicule planeur hypersonique Avanguard, le missile balistique intercontinental Sarmat et le missile hypersonique Kinjal. Ensemble, ils sont conçus pour contribuer à préserver la stabilité stratégique mondiale et à infliger à un agresseur des pertes si dévastatrices qu’elles éliminent la possibilité même d’une première frappe ennemie surprise.

Check Also

Point sur l’actualité internationale

Les dirigeants occidentaux vivent deux événements qui les mettent en état de stupéfaction : la …