Un jeu dangereux

Pendant la guerre froide, les États-Unis ont entretenu toutes sortes de relations avec l’ennemi juré, l’Union soviétique. Les militaires et les agences d’espionnage avaient des contacts dans de nombreux domaines. Les membres des médias et des universités occidentales établissaient des contacts informels avec leurs homologues soviétiques pour le compte des services de renseignement.

Il n’y a pas eu d’holocauste nucléaire parce que la communication entre les deux grands systèmes de commandement et de contrôle a créé un secteur spécialisé qui offrait des possibilités de carrière aux personnes compétentes. En Union soviétique, l’expertise ès-questions américaines permettait d’obtenir un bon niveau de vie en tant que membre d’une nouvelle classe, et il en allait de même pour les experts en question russes aux États-Unis. «La confrontation de la guerre froide est devenue un programme d’emploi», explique le blogueur américain The Z Man.

Les deux parties ont investi dans le maintien du statu quo. Les conseillers en politique étrangère aux États-Unis ont pris en compte les conséquences de leurs recommandations, qui pouvaient avoir un impact direct sur leurs perspectives d’emploi. De même, du côté russe, il y avait toujours une pression pour savoir comment les Américains réagiraient à une question donnée.

La situation actuelle est différente, et beaucoup disent qu’elle est même plus dangereuse, qu’à l’époque de la guerre froide. La guerre par procuration en Ukraine semble manquer à la fois d’incitations pour empêcher la guerre de s’étendre et d’autorités pour éviter qu’elle ne dégénère en une guerre majeure.

La priorité de Washington est d’isoler Moscou, ce qui signifie, entre autres, que ses bases de l’OTAN en Europe ont actuellement très peu de contacts avec la Russie. Washington lui-même peut avoir des contacts secrets avec la Russie, mais même ces contacts sont obscurs, et les citoyens qui vivent dans le brouillard de la guerre de l’information n’en savent pas grand-chose.

Récemment, la ville de Sébastopol, sur la péninsule de Crimée, a été attaquée au nom de l’Ukraine avec des missiles à longue portée fournis par les Américains. L’Ukraine n’ayant pas la capacité de les utiliser de manière indépendante, les États-Unis en ont forcément pris le contrôle. L’un des missiles à sous-munitions a touché une plage, tuant une demi-douzaine de civils et en blessant des centaines d’autres.

Il peut s’agir d’un accident, mais il est également tout à fait possible que les Américains, de concert avec les Ukrainiens, aient délibérément visé des infrastructures civiles, comme cela s’est déjà produit lorsque la guerre s’enlise et qu’il n’y a pas de victoire en vue.

Les Russes accusent Washington d’avoir agi délibérément. Moscou a prévenu qu’une attaque criminelle ferait l’objet de représailles, et pas nécessairement contre l’Ukraine. Différents milieux sont en train de deviner ce qui va se passer. Logiquement, l’escalade de la situation ne profite ni à l’Occident/à l’OTAN ni à la Russie.

Un blogueur américain estime que la situation instable actuelle est «l’équivalent de la guerre froide», où «il n’y a pas de communication adéquate entre les parties et aucune ne sait ce que l’autre pense ou planifie». Je pense qu’il exagère un peu, mais spéculons avec une idée.

«Il est facile d’imaginer que la situation pourrait devenir incontrôlable. Par exemple, si les Russes déclarent une zone d’exclusion aérienne au-dessus de la mer Noire, il est probable que Washington continuera à envoyer des drones vers la Crimée et que les Russes devront les abattre. Washington enverra alors un avion piloté ou un navire britannique pour menacer la marine russe».

Depuis la fin l’ancien régime du temps de la guerre froide, la politique étrangère américaine est dominée par les néoconservateurs, «des fanatiques qui ne voient que ce qui satisfait leur fanatisme». Ils imaginent que «chaque geste contribue à leur objectif de destruction de l’ancien ennemi», explique Z Man.

Il est vrai aussi que les États-Unis sont un empire en déclin qui croit encore à la théorie de Francis Fukuyama sur le triomphe de l’Occident et la «fin de l’histoire». Depuis les années 1990, la classe politique occidentale est remplie d’imbéciles arrogants qui n’ont pas le sens de la realpolitik. Ces personnes peuvent donc être facilement manipulées par les «psychopathes de la secte Kagan».

L’empire américain mondial se terminera-t-il par un big bang ou par un petit pipi ? Les superpuissances montantes tentent de contrôler la chute de l’Occident et la transition vers un monde multipolaire, tandis que ceux qui dirigent l’Occident font la course avec la Russie comme des pilotes sur une trajectoire de collision. «La gestion imprudente de la guerre en Ukraine suggère que celle-ci ne se terminera pas bien», estime le blogueur américain.

Check Also

Putin’s New War Economy

Why Soviet-Style Military Spending—and State Intervention—Won’t Save Russia In Russia, the tradition of making fun …